fbpx

En 1830 lors de trois apparitions la Vierge Marie montre à une jeune religieuse une médaille. Elle lui demande de la fabriquer et de la diffuser. C’est la Médaille Miraculeuse….

Catherine Labourée et les apparitions mariales

Chapelle de la Médaille Miraculeuse rue du Bac à Paris

Catherine Labouré est la fille de fermiers bourguignons.

En janvier 1830 elle entre chez les Filles de la charité.

En avril elle est envoyée au couvent à Paris, rue du Bac pour y faire son noviciat.

Le 18 juillet 1830, la jeune Catherine Labouré voit pour la première fois la Vierge Marie dans la chapelle de la rue du Bac. C’est la première apparition. La Sainte vierge qu’elle a une mission a lui confier.

Le 27 novembre, c’est la deuxième apparition. Marie montre à la jeune Catherine une médaille qu’elle lui demande de diffuser en lui disant que les « personnes qui la porteront jouiront d’une protection toute spéciale de la Mère de Dieu ».

En décembre 1830, dans une dernière apparition, la Sainte Vierge encourage la jeune novice à insister auprès de son confesseur pour faire frapper cette médaille.

Un succès immédiat

Après avoir obtenu la bénédiction de l’archevêque de Paris, la fabrication des premières médailles a commencé en juin 1832. La médaille connait un succès immédiat. Les fabricants sont dépassés par la demande. En sept ans ce sont plus de dix millions de médailles qui sont frappés et diffusées. De nombreux miracles sont rapidement recensés et attribués à la Médaille Miraculeuse.

Le sens de la Médaille Miraculeuse

– Côté face :

  • La Sainte Vierge avec les mains ouvertes en signe d’ouverture et de don.
    Marie marche sur un serpent qui évoque celui de la Genèse symbole du mal.
  • Des rayons de lumière irradies de la Mère du Christ, montrant la grâce dont elle est habitée.
  • Autour de la Sainte Vierge on retrouve la prière « Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous ».
  • En bas de la médaille on retrouve « 1830 », l’année où Catherine Labouré a eu les trois apparitions de la Vierge Marie.

– Côté pile :

  • On retrouve au centre le « M » de Marie. Il entrelace la barre transversale qui soutient la Croix. Cet entrelacement symbolise l’étroitesse du lien qui unit Marie à Jésus jusqu’à la Croix.
  • Le cœur entouré d’une couronne d’épines est celui de Jésus. Il s’agit du « Sacré-Cœur » que le Christ a révélé à au XVIIe siècle à Paray-le-Monial.
  • Le cœur transpercé par une épée est de la Vierge Marie qui assistera à la crucifixion de son fils.
  • Les douze étoiles symbolise les douze tribus d’Israël ainsi que les douze apôtres. Marie étant le pivot entre l’Ancienne et la Nouvelle Alliance. Ces douze étoile font aussi référence à un passage du livre de l’Apocalypse (Ap 12,1) : « Un signe grandiose apparut au ciel : une Femme ! Le soleil l’enveloppe, la lune est sous ses pieds et douze étoiles couronnent sa tête. »

La Médaille Miraculeuse aujourd’hui

La Médaille Miraculeuse est sans doute la médaille catholique la plus populaire. Chaque année elle est éditée en plusieurs millions d’exemplaires. Vous pouvez retrouver nos médailles ici, à porter ou à offrir aux personnes qui vous sont chères :

Un commentaire sur “La Médaille Miraculeuse, histoire d’une star…

  1. Pingback: La médaille de Saint Benoît, une protection contre le mal, pourquoi ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise des cookies pour vous assurer d'obtenir la meilleure expérience sur notre site. En savoir plus